The Tor Project Tor, Inc (le Projet Tor) est devenu un organisme sans but lucratif 501(c)3 en 2006, mais l’idée de « routage en oignon » vit le jour au milieu des années 1990.

Tout comme les utilisateurs de Tor, les développeurs, les chercheurs et les bailleurs de fonds qui ont rendu Tor possible forment un groupe hétérogène de personnes. Cependant, toutes les personnes impliquées dans Tor sont unies par une conviction commune : les utilisateurs d’Internet devraient avoir accès à un Web non censuré avec l’assurance que leur vie privée et leurs données personnelles sont protégées.

Dans les années 1990, il devenait évident qu’Internet manquait de sécurité et qu’il pouvait être utilisé pour suivre à la trace et surveiller les utilisateurs. En 1995, David Goldschalg, Mike Reed et Paul Syverson du Laboratoire de recherche naval états-unien (NRL) se sont demandé s’il existait une manière de créer des connexions à Internet qui ne divulgueraient pas l’identité des personnes lors d’échanges, même à quelqu’un qui surveillerait le réseau. Leur réponse fut de créer et de déployer les premiers modèles de recherche et les prototypes du routage en oignon.

L’objectif du routage en oignon était d’obtenir une façon d’utiliser Internet avec autant de confidentialité que possible, et l’idée était d’acheminer le trafic par plusieurs serveurs et de le chiffrer à chaque étape. C’est encore une explication simple du fonctionnement actuel de Tor.

Au début des années 2000, Roger Dingledine, un jeune diplômé de l’Institut des technologies du Massachusetts (MIT), a commencé à travailler avec Paul Syverson sur un projet de routage en oignon pour le NRL. Afin de distinguer ce travail initial au NRL des autres initiatives de routage en oignon qui commençaient à apparaître, Roger nomma le Projet Tor, ce qui signifiait « The Onion Routing » (le routage en oignon). Nick Mathewson, un condisciple de Roger au MIT, s’est joint au projet peu après.

Dès sa création dans les années 1990, le routage en oignon a été conçu pour s’appuyer sur un réseau décentralisé. Le réseau devait être exploité par des entités aux intérêts et aux hypothèses de confiance divers, et le logiciel se devait d’être gratuit et ouvert afin de maximiser transparence et séparation. C’est pourquoi en octobre 2002, lors du déploiement initial du réseau Tor, son code fut distribué sous une licence de logiciel libre et ouvert. À la fin de l’année 2003, le réseau comprenait déjà une douzaine de nœuds exploitez par des bénévoles, principalement aux États-Unis, plus un en Allemagne.

Recognizing the benefit of Tor to digital rights, the Electronic Frontier Foundation (EFF) began funding Roger's and Nick's work on Tor in 2004. In 2006, the Tor Project, Inc., a 501(c)3 nonprofit organization, was founded to maintain Tor's development.

En 2007, l’organisme commença le développement de ponts vers le réseau Tor pour répondre à la censure, telle que le besoin de contourner les pare-feu gouvernementaux afin que ses utilisateurs accèdent au Web ouvert.

Tor began gaining popularity among activists and tech-savvy users interested in privacy, but it was still difficult for less-technically savvy people to use, so starting in 2005, development of tools beyond just the Tor proxy began. Development of Tor Browser began in 2008.

With Tor Browser having made Tor more accessible to everyday internet users and activists, Tor was an instrumental tool during the Arab Spring beginning in late 2010. It not only protected people's identity online but also allowed them to access critical resources, social media, and websites which were blocked.

The need for tools safeguarding against mass surveillance became a mainstream concern thanks to the Snowden revelations in 2013. Not only was Tor instrumental to Snowden's whistleblowing, but content of the documents also upheld assurances that, at that time, Tor could not be cracked.

People's awareness of tracking, surveillance, and censorship may have increased, but so has the prevalence of these hindrances to internet freedom. Today, the network has thousands of relays run by volunteers and millions of users worldwide. And it is this diversity that keeps Tor users safe.

We, at the Tor Project, fight every day for everyone to have private access to an uncensored internet, and Tor has become the world's strongest tool for privacy and freedom online.

But Tor is more than just software. It is a labor of love produced by an international community of people devoted to human rights. The Tor Project is deeply committed to transparency and the safety of its users.